Les botnets, ces PC zombies qui nous menacent

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Les botnets sont des robots malveillants mettant chaque jour en péril la sécurité informatique. Ils sont à l’origine des nombreuses menaces qui guettent nos infrastructures. Le mot « botnet » vient de deux mots : robot et network. L’envoi de spam fait partie des principales activités de ces robots malveillants.

La création d’un botnet

Un réseau de botnet est formé par plusieurs machines zombies. Ces dernières sont des ordinateurs compromis par un malware : virus, cheval de Troie, vers, spyware, etc. suite à la lecture d’un fichier informatique infecté ou la consultation d’un site web piégé par les pirates. Même les personnes utilisant une solution d’hébergement serveur mail sont susceptibles d’être concernées.

Les pirates n’hésitent pas à utiliser le réseau de botnet pour mener leurs activités car c’est une solution à moindre coût : ce sont les ressources des internautes : bande passante, connexion, électricité, etc. qu’ils mobilisent à l’insu de ces derniers. Même si les menaces liées au spam sont nombreuses, les pirates utilisent surtout le bot net dans un but lucratif.

Le fonctionnement d’un botnet

Le serveur de contrôle d’un botnet n’a rien à avoir avec le serveur de mail qu’on rencontre habituellement dans la vie courante. C’est en fait le cerveau qui commande toutes les machines zombies enrôlées dans le réseau. Avec le botnet, les pirates peuvent entamer une campagne de spamming une fois qu’ils sont en possession d’un carnet d’adresses.

Les logiciels espion mis en place dans les machines zombies peuvent également être utilisés pour collecter des informations précieuses : numéro de carte bancaire, données individuelles, mot de passe, etc. et de les remonter jusqu’au serveur de contrôle et de commande du botnet. Seule la mise hors service de ce dernier auprès de son hébergeur permettra de stopper l’activité du réseau.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »